Signification et interprétation de l'Amoureux

Sixième lame majeure du tarot, l’Amoureux (ou Les Amoureux) déploie un symbolisme paradoxal, puisque cette carte signifie l’amour, les élans du cœur, l’engagement, mais également le doute, l’indécision, le calcul. Plus largement, l’Amoureux est le moment qui précède un choix, souvent déterminant. Cette lame appelle le discernement.


Notre sélection de Tarots

Significations initiatiques et/ou divinatoires de l'Amoureux

« L’homme hésitant change d’opinion, même pendant son sommeil. » 

(Adolphe d’Houdetot)

Tarot de Jean Noblet
Tarot de Jean Noblet (vers 1650), recolorisé par Jean-Claude Flornoy (2002).

Qualités : Amour, fidélité, engagement, tendresse, altruisme. Communication. Douceur de vivre. Harmonie. Unité. Choix déterminant. Le carrefour. 

Défauts : Hésitations. Hypocrisie. Procrastination. Fuite des responsabilités. Calcul. Inconstance. Infidélité. 

Amours & Relations : Une rencontre. Harmonie dans le couple. Union. Ou : infidélité, hésitation entre deux partenaires. Simple aventure amoureuse. 

Travail & Argent : Il est important de bien s’entourer. Groupe. Rassemblement. Travail en partenariat ou en équipe. 

Ésotérisme et Magie : Magie sexuelle ou amoureuse. 

Message : Faites le bon choix !

Rappelons que les cartes, oracles ou tarots, sont des supports de voyance et non des distributeurs de réponses automatiques. Interpréter une carte (ou une association de cartes) hors contexte, comme si celle-ci possédait un sens absolu, est la meilleure façon de passer à côté du message. Néanmoins, certaines combinaisons d’atouts peuvent donner des orientations :

Les Amoureux + Le Bateleur : Hésitation amoureuse ou relationnelle. Tergiversations. Remise en question. 

Les Amoureux + L’impératrice : Relations dispersées. Libertinage. Hésitation entre plusieurs partenaires. Infidélité. Jalousie. Dispersion dans le travail. Plusieurs affaires menées en même temps. Manque de sérieux budgétaire.

Les Amoureux + L’Empereur : Hésitations. Choix laissé au hasard. Informations intrigantes ou incompréhensibles. Travail intérimaire. Salaire irrégulier. Relation instable. 

Les Amoureux + Le Pape : Influence d’un homme protecteur ou paternel. Indécision sentimentale. Hésitations professionnelles. Litiges autour d’un contrat. 

Les Amoureux + Le Chariot : Négociations fructueuses. Succès. Bonne décision. Relation amicale ou amoureuse hésitante. Regrets, nostalgie. Vous devez prendre les choses en main sur le plan professionnel. 

Les Amoureux + La Justice : Contrariétés. Retards dans les affaires. Querelles. Litige juridique. Complications. Arbitrage extérieur. Justice divine. 

Les Amoureux + L’Hermite : Aveuglement. Incompréhension. Égarement. Relation usée, vieillie. Récession, recul. Régression dans une situation. 

Les Amoureux + La Roue de Fortune : Liberté. Création artistique. Esthétique. Vous avez le vent dans les cheveux. Nouvelles relations. Danse, chant, professions artistiques. Profession impliquant des déplacements. 

Les Amoureux + La Force : Maîtrise de la difficulté. Embarras ou contretemps pouvant être surmontés par la volonté. La ténacité, la persévérance. 

Les Amoureux + Le Pendu : Énergie dépensée en vain. Dialogue de sourds. Malentendus. Manque de créativité. Dettes. 

Les Amoureux + La Mort : Choix décisif ou radical. Transformation intérieure. Métamorphose. Ruptures libératrices. 

Les Amoureux + La Tempérance : Amélioration générale. Idéalisme affectif ou sentimental. Promesses. Engagements. Réconciliation. Retrouvailles. Eloquence. Conversations. Équilibre financier ou professionnel. 

Les Amoureux + Le Diable : Mensonge. Trahison. Manquer à ses engagements. Déloyauté. Manipulation. Nymphomanie. Polyamour. Infidélité conjugale. Erreur, fourvoiement. 

Les Amoureux + La Maison Dieu : Habileté professionnelle ou sociale. Carriérisme. Circulation d’argent. Banquier ou créancier. 

Les Amoureux + L’Étoile : Les nuages se dissipent. Pacification. Projet de grossesse ou grossesse. Un cadeau de la vie. Relation sensuelle, flirt. Recherche de l’âme sœur. Dépenses excessives. 

Les Amoureux + La Lune : Le passé. Les souvenirs d’enfance. Attentes déraisonnables. Égoïsme. Narcissisme. Rivalités affectives. Héritiers. Passé familial. 

Les Amoureux + Le Soleil : Réussite des entreprises. Rémunération. Joie. Tendresse. Câlins. Prendre soin de l’entourage. Générosité. 

Les Amoureux + Jugement : Décisions complexes à prendre. Responsabilités. Afflux d’informations. Règlement de comptes. Dispute. Sentiment de vulnérabilité dans le couple. Poids de l’entourage.

Les Amoureux + Le Monde : Cohésion. Action groupée, coordonnée. Rassemblement des forces. Dans vos relations ou dans votre couple, vous êtes au centre de l’attention. Réunions, assemblées. Relations publiques. Récompense. 

Les Amoureux + Le Mat : Fuite. Indécision. Errance. Fuite des responsabilités. Relation vouée à l’échec. Déceptions relationnelles. Créanciers. Endettement. 

Quelques associations avec trois cartes : 

Les Amoureux + Le Bateleur + Le Diable : peut signifier l’infidélité dans le couple. 

Les Amoureux + L’impératrice + Le Pape : Mariage ou divorce. Officialisation d’une relation.

Les Amoureux + L’impératrice + Le Chariot (ou la Mort) : Éloignement dans le couple. Rupture. 

Les Amoureux + L’Empereur + L’Étoile : Solution à un problème. Bout du tunnel.

Les Amoureux + La Justice + L’Hermite : Emprunt. Crédit bancaire. Démarches juridiques ou officielles. 

Les Amoureux + L’Hermite + La Force : Catastrophe évitée de justesse. Sauvetage d’une situation désespérée.  

Les Amoureux + L’Étoile + Le soleil : Grossesse. Naissance. Enfants. Famille nombreuse. 

Symbolisme et histoire de l'arcane majeur de l'Amoureux

« Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée,

Une source fermée, une fontaine scellée.

Tes jets forment un jardin où sont des grenadiers

Avec les fruits les plus excellents, 

Les troènes avec le nard.

Une fontaine des jardins, 

Une source d’eaux vives, 

Des ruisseaux du Liban.

J’entre dans mon jardin, ma sœur, ma fiancée ;

- Mangez, amis, buvez, enivrez-vous d’amour ! »

(Cantique des Cantiques)

Un jeune homme est debout entre deux jeunes femmes, dont l’une touche son cœur et l’autre, plus âgée, pose la main sur son épaule. Au-dessus, un Cupidon rayonnant s’apprête à lancer une flèche. 

Commençons par rappeler que les premiers tarots apparaissent en Italie, au cours du 15e siècle. Véritables œuvres d’art, ces jeux sont commandés par de riches familles ; ce n’est que par la suite que des copies nettement moins luxueuses seront produites, popularisant l’usage de ce jeu de cartes. Les plus vieux tarots connus appartiennent ainsi aux familles milanaises Visconti et Sforza qui ont laissé leur empreinte sur ces images. Ainsi, la carte des « Amants », ci-dessous, ferait allusion au mariage de Philippe Marie Visconti avec Marie de Savoie (1427). L’ombrelle sous laquelle se tient le couple est décorée d’écus rouges ornés d’une croix blanche (couleurs de la Savoie) et de vipères (emblème des Visconti) ; au pied des mariés se trouve un chien, symbole de fidélité ; et, au-dessus, un Cupidon les yeux bandés, qui constitue l’une des constantes de cette lame :

 

Tarot de Brambilla
Tarot de Brambilla, probablement peint par Bonifacio Bembo, en 1463.

Dans la version Pierpont-Morgan du Visconti-Sforza, datant de 1451, l’image est légèrement différente : Cupidon est debout sur ce qui semble être un pilier ou une fontaine et les amoureux se tiennent la main sur fond de verdure. Outre la ressemblance entre ce piédestal et les Coupes du même jeu, enseigne renvoyant traditionnellement aux sentiments (tout comme les Cœurs des couleurs françaises), la mise en scène fait immédiatement songer aux « jardins d’amour ». Héritier du jardin d’Eden (Éden signifiant « délice » en hébreu) et topos de la rencontre galante dans les romans courtois, le jardin d’amour s’inscrit dans la tradition du locus amoenus des poètes de l’Antiquité. C’est un lieu dédié aux plaisirs des sens, agrémenté de « mille fleurs », de « mille parfums », et qui abrite souvent une fontaine, également symbole de vie, d’amour et de sensualité, ou fontaine de Jouvence censée redonner jeunesse, santé et beauté. Rappelons que le terme vient du francique gardo, signifiant « clôture ». Dans l’imaginaire médiéval, le jardin est un sanctuaire, une sorte de « paradis de poche ». Au moyen-âge, l’Hortus Conclusus (jardin fermé) des monastères est un espace protégé de l’agitation du monde, permettant par la méditation ou la prière, la rencontre avec Dieu. Ce « lieu clos » se fera, plus tard, Hortus Deliciarum (jardin des délices) pour abriter les amants. Mais, comme nous le verrons plus loin, en tout paradis, se trouve un serpent. 

Les amants du Tarot Visconti-Sforza
« Les Amants » du tarot Visconti-Sforza (Pierpont-Morgan), 1451 ; l’As de Coupe du même tarot ; la version restaurée par Atanas Atanassov, en 1997.

Dans le « tarot de Mantegna » [1], nous voyons Vénus, Cupidon et les trois Grâces, des allégories de l’amour très prisés à cette époque. Un vol de colombes survole la scène. 

Et dans le tarot dit « de Charles VI », nous découvrons un cortège de trois couples, surplombés par deux Cupidons juchés sur des nuages. En tout six personnages, qui renvoient à la numération elle-même de la lame. Pour comprendre la valeur symbolique du six au Moyen-Âge et à la Renaissance, il faut remonter aux auteurs de l’antiquité grecque et aux Pères de l’Église. À la suite de Pythagore et Platon, Vitruve nous dit que 6 est le premier nombre parfait, car il est la somme de ses facteurs ; saint Augustin écrira, à son tour : « Dieu créa toutes choses en 6 jours, parce que ce nombre est parfait ». 6 est également le produit du 3, de nature mâle et du 2, de nature femelle, ce qui fait dire aux mêmes auteurs qu’il est un nombre « mixte », symbolisant l’union. Philon d’Alexandrie commente : « Et comme il était nécessaire que le monde, qui est la plus parfaite des choses créées, fût fait selon un nombre parfait, à savoir 6, et comme il devait contenir des êtres issus d’une union, il fallait qu’il reçoive l’empreinte d’un nombre mixte, à savoir 6, le premier nombre dans lequel se combinent l’impair et le pair, le principe essentiel du mâle qui sème et de la femelle qui reçoit la semence ». Plus tard, François Rabelais truffera son abbaye de Thélème de 6 et ses multiples : le bâtiment est hexagonal, compte 6 étages, contient 6 librairies, le diamètre de chaque tour est de 60 pas, etc. A noter que la fontaine du tarot Pierpont-Morgan (voir l’image plus haut) est elle-même également hexagonale. Nombre de la création (6 jours) et de l’harmonie terrestre, 6 est, par excellence, le nombre de l’homme. Ainsi, saint Jean écrit, au chapitre 13 de l’Apocalypse : « Que celui qui a de l’intelligence, calcule le nombre de la bête, car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six ». 

Tarot de Mantegna
Tarot de Mantegna (vers 1465) ; tarot de Charles VI (fin du 15e siècle).

Un tournant a lieu au 17e siècle, qui va faire basculer radicalement le sens de la carte. Une deuxième femme apparaît, troublant la paix du jardin. Plus âgée, elle pose sa main sur l’épaule du personnage central. Dans le jeu de Vievil, c’est peut-être la mère de la mariée, venue délivrer des conseils au jeune homme ou lui confier sa fille, sous l’œil d’un Cupidon rayonnant. Mais la scène devient plus ambiguë avec le tarot de Jean Noblet, où le protagoniste semble hésiter entre les deux femmes. La plus âgée paraît chercher à le séduire. Et c’est vers elle que semble aller la préférence du jeune homme. Dans certains jeux, Cupidon lui-même semble indécis, dans d’autres, il a les yeux bandés… 

Tarot de Jean Noblet
Tarot de Jean Noblet (vers 1650), recolorisé par Jean-Claude Flornoy (2002).

Cette particularité va se conserver dans les jeux ultérieurs, finissant par déterminer la signification actuelle de la carte. Désormais, l’arcane VI suggère l’hésitation, le choix et notre jardin paradisiaque se fait carrefour : « Sur cette lame, un jeune homme, placé entre deux jeunes femmes, hésite sur la direction qu’il doit prendre. Au-dessus de lui, l’Ange de l’Amour s’apprête à lancer sa flèche et ainsi à obliger le jeune homme à faire un choix. Cette carte représente les choix que nous devons faire dans l’existence et qui vont déterminer notre vie future. Elle est l’emblème d’une situation instable, d’un choix complexe à effectuer, d’un cœur qui bat pour deux personnes en même temps. Elle incite à agir et à prendre des décisions, mais seulement après avoir soigneusement pesé le pour et le contre » [2]. 

Ailleurs : « C’est le doute qui est mis en avant, l’incertitude quant au bon chemin à prendre […]. L’hésitation est matérialisée par les pieds, complètement écartés, et le buste, orienté vers « la jeune » tandis que son regard se dirige vers la « vieille » [3].

Assez souvent, les deux femmes portent des couronnes tressées. Tandis que la plus jeune porte une couronne de fleurs, la plus âgée arbore une couronne de feuilles de laurier (la victoire, les honneurs) ou d’olivier (symbole d’éternité et de paix). De son côté, le tarot de Marseille montre la jeune femme tête nue et la femme plus âgée, coiffée d’une couronne d’or. De là, les exégètes tendront à opposer : l’amour à l’ambition sociale ; la folie de la jeunesse à la sagesse de la maturité ; le désir charnel à l’amour conjugal ; la passion au calcul, etc. Tous les opposés sont envisageables. 

Cet atout, qui a débuté sous le signe du duo, s’est finalement fixé, avec l’addition d’un troisième terme, sous celui de la dualité. Symbolisant l’amour, le couple, la fidélité, la passion, cette carte, exprime également l’inconstance, l’adultère, l’hésitation, le doute. 

A croire que la lame de l’Amoureux a fini par être rattrapée par l’ambiguïté essentielle du jardin d’Éden : espace protégé et paradisiaque qu’Adam et Ève sont chargés de « cultiver et garder », il est également le théâtre du péché originel qui vaut à l’homme de chuter dans la matière et devenir à son tour « jardinier ». Certains ont voulu voir, dans « l’autre femme », la silhouette de Lilith, première épouse d’Adam qui, selon les mythes juifs, aurait fui le Paradis en refusant de se soumettre à Dieu. D’autres y discernent le Serpent de la Genèse, faisant de cet atout une allégorie de la tentation et du choix décisif entre le Bien et le Mal.  

Lettre en hébreux pour l'Amoureux

 

« Je suis Vav, bien-aimé, et Je suis tout cela, car Je suis ton Être réunifié. » 

(Marie Elia)

La lettre hébraïque associée est généralement le Vav, de valeur numérique 6, dessinant un clou ou un crochet et symbolisant le lien, la médiation, la communication, etc. : « En hébreu, le vav sert de conjonction de coordination et représente tout ce qui réunit les choses entre elles ; en liant et en unifiant comme le font la lumière et l’air […]. Originellement, la forme du Vav désignait une cheville de bois permettant de réaliser des assemblages. Il était représenté par un trait vertical surmonté d’un petit cercle […]. La cheville de bois permet de créer, de fabriquer et de construire. Elle symbolise l’art d’assembler les divers éléments afin d’en faire un tout harmonieux. La sixième place du Vav est sans doute une allusion aux six jours de la Création durant lesquels le monde fut assemblé […]. Le Vav est aussi un rayon de lumière reliant les différents aspects de la création, en les unissant pour former un organisme, dans lequel chaque partie dépend du lien qui la connecte aux autres » [4].

Notes et sources

[1] Le tarot de Mantegna, malgré son nom, n’est pas un tarot, mais une série de gravures contemporaine des premiers tarots.
[2] « L’Amoureux (Arcane 6) », sur le site Les Secrets du Tarot.
[3]  Source : « L’Amoureux », sur le site Wikipedia.
[4]  Extrait du site AlephBeth.net.

Articles autour de ce sujet