Signification et interprétation de l'Impératrice

L'Impératrice est la 3e lame majeure du Tarot de Marseille. C'est un arcane représentant une femme dynamique et forte, en majesté, disposant d'un pouvoir créateur, tant artistiquement qu'intellectuellement. C'est une carte appelant à l'action, à nourrir la volonté et la force intérieure. Dans certains tarots elle est désignée comme la Grande Déesse Mère de la Nature.


Notre sélection de Tarots

Significations initiatiques, divinatoires et combinaisons

« Le vrai danger de la connaissance est de rendre l’esprit plus grand que sa cage. » - Charles Marsan.

L'Impératrice et son message dans l'ésotérisme

Qualités : Une épouse. Une mère. Une femme active. Une naissance. La création. Fécondité. Générosité. Altruisme. Dynamisme. Aller de l’avant. Maturation. Intelligence souveraine. Clarté d’esprit. Intelligence. Volonté. La force intérieure. La volonté. La maîtrise. Engagement dans un projet. L’érudition. L’éducation. Mise en ordre. Influence civilisatrice. Les responsabilités. Les contraintes professionnelles et sociales. Équilibre du masculin et du féminin. Noblesse de caractère. Le domaine relationnel. Soutien. Bons conseils. Ami (e) fiable. 

Défauts : Superficialité. Orgueil. Manque d’empathie. Désir de puissance. Enfermement dans des contraintes. Excès de prodigalité. Surestimation de ses compétences. Incompréhension. Instinct protecteur étouffant. 

Amours & Relations : L’épouse. La mère. Une femme fiable. Relation de confiance. Sentiments partagés. La famille. Femme dominatrice.

Travail & Argent : Richesse. Investissement. Progrès. Détermination. Excellent potentiel. Bonnes initiatives. Travail créatif. Mener un projet à bien. Associations. Médiations. Relations humaines. Risque de dépenses excessives. 

Ésotérisme & Magie : La ritualisation. Les cycles saisonniers et les sabbats. 

Message : Agissez !

Rappelons que les cartes, oracles ou tarots, sont des supports de voyance et non des distributeurs de réponses automatiques. Interpréter une carte (ou une association de cartes) hors contexte, comme si celle-ci possédait un sens absolu, est la meilleure façon de passer à côté du message. Néanmoins, certaines combinaisons d’atouts peuvent donner des orientations :

L’impératrice + Le Bateleur : Maîtrise, compétences. Hiérarchie. Pouvoir. Peut désigner l’ascendant d’une personne sur une autre. 

L’impératrice + La Papesse : Intelligence et sagesse. Relations d’affaires. Travail créatif. Investissement de moyens et d’argent dans un projet. Démarrage d’une construction ou d’une entreprise. Ouverture d’une boutique. Contrats prometteurs. Prêts ou placements financiers. En amour ou en amitié : relations saines. Sentiments cachés. 

L’impératrice + L’Empereur : Équilibre. Égalité. Joies. Relations solides. Réussite sociale ou professionnelle. Avancée rapide dans un domaine. 

L’impératrice + Le Pape : Enseignement. Apprentissage. Retenir les leçons d’une expérience. Sagesse. Réunion de famille. Partage de biens. Vente d’un bien. Personnes âgées. Relation amoureuse avec un partenaire plus âgé ou plus sage. 

L’impératrice + Les Amoureux : Relations dispersées. Libertinage. Hésitation entre plusieurs partenaires. Infidélité. Jalousie. Dispersion dans le travail. Plusieurs affaires menées en même temps. Manque de sérieux budgétaire.

L’impératrice + Le Chariot : Commerce. Gestion d’une entreprise. Rencontre amoureuse passionnelle. Élan du cœur. Augmentation de salaire. 

L’impératrice + La Justice : Bonne organisation. Protection dans le travail. Piston professionnel. Personne ou partenaire narcissique. Personne réservée, secrète. Silence. 

L’impératrice + L’Hermite : Incompréhensions. Paralysie ou retard dans les projets. Quête impossible. Pauvreté. Restrictions de budget. Mise au placard professionnelle. Solitude affective. 

L’impératrice + La Roue de Fortune : Nombreux déplacements. Projets menés de front. Agitation. Hyperactivité. Violence. Relations fébriles ou houleuses. Personnalité entière. 

L’impératrice + La Force : Personnalité dominatrice. Directrice. Femme de tête. Pouvoir. Situation en main. Responsabilités. Bonne maîtrise des finances. 

L’impératrice + Le Pendu : Manipulation. Personnalité fausse ou manipulatrice. Mensonges. Rhétorique. Écriture. Personne sacrifiée dans un couple. Situation bloquée au niveau professionnel. Latence. 

L’impératrice + La Mort : Rupture relationnelle. Décès ou rupture dans la famille. Personne lointaine, distante. Sensation d’être exploité dans le travail. Individu tirant profit des autres. Imprévus négatifs. 

L’impératrice + La Tempérance : Une situation tendue qui s’apaise. Douceur. Pacification. Le temps qui passe. La patience. Amertume. Nostalgie. De vieilles relations amoureuses ou amicales. 

L’impératrice + Le Diable : Séduction appuyée. Sexualité torride. Domination morale ou spirituelle. Personne capable de désarmer les autres, de les réduire à l’impuissance. 

L’impératrice + La Maison Dieu : Chute. Désillusion amoureuse ou professionnelle. Perte d’argent importante. 

L’impératrice + L’Étoile : Élévation intellectuelle ou spirituelle. Tendresse. Vocation. Métiers altruistes, tournés vers les soins. Assistance à autrui. Cadeaux. Prodigalité. Succès dans les démarches. Partenaire idéal ou idéalisé. Expression de soi dans l’art. 

L’impératrice + La Lune : Cheminement lent. Maturation. Problèmes gynécologiques. Grossesse difficile. Besoin de créativité. Frustrations dans le travail. Assumer les problèmes des autres. 

L’impératrice + Le Soleil : Relation épanouissante. Famille. Harmonie. Travail avec des enfants ou des jeunes gens. Vie sociale positive. Activités agréables. Solution à des problèmes d’ordre varié. 

L’impératrice + Jugement : Publicité. Célébrité. Activité publique. Recevoir des nouvelles. Informations importantes. 

L’impératrice + Le Monde : Gains financiers. Acquisition importante. Réussite dans les entreprises. Chance. Belle histoire d’amour. Femme sensuelle. 

L’impératrice + Le Mat : Surmenage. Surcroît de travail ou travail vain. Abandon d’une situation. Résignation. Relations instables. 

Quelques associations avec trois cartes : 

L’impératrice + Le Pape + Les Amoureux : Mariage ou divorce. Officialisation d’une relation.

L’impératrice + Les Amoureux + Le Chariot (ou la Mort) : Éloignement dans le couple. Rupture. 

L’impératrice + Le Chariot + La mort : Changement d’orientation professionnelle. Passion dangereuse. Relation qui « va dans le mur ». 

L’impératrice + L’Hermite + La Roue de la Fortune : Problèmes dont il est très difficile de sortir. Luttes acharnées. 

L’impératrice + La Maison Dieu + La mort : Licenciement professionnel ou rupture amoureuse sans retour. 

Symbolisme et histoire de l'Impératrice

« Des petits poulets autour de leur mère, c'est joli à voir comme une branche chargée de fruits. » - Jules Renard.

Une jeune femme, richement vêtue et couronnée, est assise sur un trône. Dans sa main droite, elle tient un bouclier décoré d’un aigle, dans la gauche, un sceptre surmonté d’un globe crucigère. 

L’Impératrice est certainement la carte la plus constante du tarot. Sa silhouette se décline quasiment à l’identique de jeu en jeu, d’époque en époque. En France, la carte se fixa sous un modèle unique dès le milieu du 17e siècle. Seule la Révolution française en fera, durant quelques années, « la grand-mère », troublant brièvement ce médaillon d’épouse parfaite, éternellement jeune et belle.

L'Impératrice dans le Tarot de Marseille
Tarot de Jacques Vieville (vers 1650), tarot de Nicolas Conver (1760) ; tarot de Marseille (Grimaud, 1930).

Sous son bras, elle tient un bouclier arborant l’aigle impérial. Oiseau de Zeus, parfois identifié au dieu lui-même, et emblème de la Rome impériale, l’aigle fut régulièrement employé pour symboliser le pouvoir et les victoires militaires. Charlemagne, Frédéric Ier Barberousse et Napoléon, par exemple, en frappèrent leurs blasons. À noter qu’au 14e siècle, l’aigle se fait bicéphale et devient le symbole du Saint-Empire : « L’aigle est une des figures phares de l’héraldique médiévale. Issue de l’aigle romaine (aquila en latin), elle symbolise la majesté et l’empire, c’est-à-dire la domination des grands espaces. En héraldique, le mot aigle se décline toujours au féminin. L’aigle est généralement représentée de face, les pattes et les plumes de queue étant écartées, les ailes ouvertes et les plumes déployées (posture dite vol éployé), avec la tête de profil, regardant à dextre »[1]. 

Quant à la sphère surmontée d’une croix, appelée « orbe » ou « globe crucigère », elle semble apparaître dès le 5e siècle de notre ère comme symbole de la précellence de Dieu sur le monde et par extension, de la domination temporelle du souverain. Dans l’iconographie occidentale, le christ tenant l’orbe dans sa main reçoit le nom de « sauveur du monde » ; le roi ou l’empereur est ainsi identifié comme étant le représentant du Christ sur Terre.

Couronne de l'impératrice (Tarot de Marseille)

Si c’est l’une des plus stables, L’Impératrice est également l’une des cartes les moins commentées : « Je ne saurais faire aucune remarque sur l’image tarotique de L’Impératrice », écrit Gérad van Rijnberk, peut-être parce que cette femme couronnée n’existe qu’en dehors d’elle-même, par sa fonction et au travers des autres. Dans son essence, cette lame très peu « féministe » montre une personne instrumentalisée : souvent mariée sans son consentement, afin de conforter les alliances politiques, l’Impératrice a pour premier devoir de donner des enfants au souverain, d’assurer la lignée ; elle doit jouer le rôle qui lui a été imposé, se montrer irréprochable, se soumettre aux mondanités, aux codes et aux étiquettes. De là, la carte symbolisera naturellement la maternité, la famille, mais également les contraintes, l’importance du « paraître » en société, le don de soi, le sens du devoir et du sacrifice. 

Cependant, bien qu’enfermée dans sa prison dorée, l’Impératrice détient le pouvoir : en tant que mère, elle est le chef de famille et, durant les longues absences de l’empereur, c’est elle qui gouverne la cour. Autrement dit, sa puissance s’exerce en premier lieu dans la sphère privée, mais peut facilement s’étendre à la sphère publique. Par ailleurs, certaines femmes dans l’histoire eurent le pouvoir royal entre leurs mains. C’est le cas, par exemple de Blanche de Castille ou Aliénor d’Aquitaine. De même, les régentes, les abbesses et certaines femmes de l’aristocratie peuvent disposer d’une grande influence. Si la condition de membre du « sexe faible » n’est pas foncièrement enviable au Moyen âge, elle n’a pas toujours été un obstacle insurmontable : « Rien n’interdit à une femme de régner, en compagnie de son époux ou de son fils, voire seule. Aucun texte juridique ne s’y oppose. L’histoire de la loi salique, souvent évoquée à ce propos, est celle d’un détournement volontaire du texte, lié à des circonstances précises. Cette loi, qui est antérieure à Clovis, stipulait que les femmes pouvaient hériter des terres familiales, mais étaient exclues de l’héritage de la « terre salique », expression vague, désignant peut-être des terres soumises à un régime militaire particulier et qui, de toute façon, ne concernait pas l’ensemble du royaume franc. Pourtant, en 1316, les légistes affirmèrent que les filles étaient exclues de la succession royale de France : il s’agissait d’empêcher le trône d’échoir à la fille de Louis X, Jeanne de Navarre, afin de le transférer à Philippe V le Long […]. Nul n’ignorait pourtant que des femmes avaient déjà occupé le trône de France et que d’autres avaient assumé avec succès la charge des destinées d’un comté ou d’un duché »[2].

En cela, l’impératrice cumule des caractéristiques considérées comme féminines et masculines. Et ce n’est pas le seul de ses paradoxes : bien que figée dans une position relativement passive, l’Impératrice est le personnage du tarot qui exprime le mieux la force motrice et le dynamisme ; femme la plus puissante du royaume, elle est captive de son rôle ; enfin, « elle symbolise la vulnérabilité sous la force apparente. L’illusion de l’être humain qui s’imagine tout maîtriser parce qu’il détient les attributs royaux »[3]. 

Lame majeure de l'Impératrice dans le Tarot Visconti-Sforza
Tarot Visconti-Sforza (vers 1450) ; Crystal Tarot par Elisabetta Trevisan (2001).

La libérant de sa cage, l’ésotérisme en fera « la puissance créatrice de l’intelligence » et, dans certains jeux, les montants du trône se changeront en ailes. Elle ne porte plus l’aigle impérial sous le bras, mais le devient. Désormais solaire et céleste, elle personnifie le monde des idées, la puissance de l’esprit, l’imagination créatrice. Dans le tarot d’Oswald Wirth, elle est « la Reine du Ciel », sa tête est auréolée d’étoiles et son pied repose sur un croissant de lune, pour indiquer la prédominance de l’esprit sur l’émotionnel et sur le passé (familial ou karmique) : 

« Cette souveraine resplendissante de clarté figure l’Intelligence créatrice, mère des formes, des images et des idées. C’est la Vierge immaculée des chrétiens, en qui les Grecs auraient reconnu leur Vénus-Uranie née radieuse des sombres flots de l’Océan chaotique […]. La sphère de l’Impératrice correspond aux Eaux supérieures, océan lumineux où réside la suprême Sagesse. Tout y est fixe et immuable, puisque nécessairement parfait : c’est la région de l’archétype, c’est-à-dire des formes idéales ou des idées pures selon lesquelles tout se crée ». 

Il est possible que, pour la création de cette carte, Stanislas de Guaita et Oswald Wirth se soient inspirés de la Vierge telle que décrite dans le chapitre XII de l’Apocalypse : « Et on a vu un grand signe dans le ciel, une femme vêtue de soleil avec la lune sous ses pieds et une couronne de douze étoiles sur sa tête. Elle est enceinte, elle crie dans les douleurs de tourment d’enfanter… Quand le dragon a vu qu’il était jeté sur la terre, il a poursuivi la jeune femme qui avait enfanté le mâle, et les deux ailes du grand aigle lui ont été données pour s’envoler au désert, à cent lieues, là où elle a été nourrie ».

L'Impératrice et son message dans l'ésotérisme

Le même auteur l’associe à la séphirah Binah, dont le nom signifie « compréhension » et qui renvoie à la pensée non encore concrétisée, aux conceptions abstraites des idées et des formes. De son côté, Arthur Edward Waite en fait une figure champêtre, couronnée d’épis de blé symbolisant la fertilité et associée à la planète Vénus. Ce glissement sera récupéré dans certains tarots plus modernes qui en feront la Grande Déesse Mère. 

L'arcane majeure de l'Impératrice comme la Grande Déesse Mère
Tarot Rider-Waite (1909)

 

Lettre Guimel en hébreux

Traditionnellement, l’Impératrice est associée à la lettre Guimel. Troisième lettre de l’alphabet hébreu, elle est apparentée au gamma de l’alphabet grec et associée au terme « gamal » signifiant « chameau », symbole de richesses et de ressources intérieures, grâce à sa bosse qui constitue une réserve lui permettant de franchir les déserts. Il est parfois souligné que la forme de la lettre elle-même évoque la tête et les pattes avant de l’animal. Guimel est également associée à la bonté (en hébreu « gamol »), aux bienfaits et à la charité. 


Notre sélection de Tarots

Notes

[1] Extrait du blog Héraldie : héraldique et poésie.
[2] « Femmes, pouvoir, Moyen Age », extrait de Regards sur le Moyen Age, Sylvain Gouguenheim, Taillandier, 2009. Cité sur le blog Le Monde des Tarots Anciens.
[3] Extrait du blog La Voie des Lames.

Articles autour de ce sujet